Patrimoine

Le Moulin

Présentation

Le moulin François Fine

Les réveils du moulin Fine

de 1708 à 1987 
Le début de cette période reste un peu floue, cela nécessite quelques investigations et recherches. Durant la dernière guerre et après, François Décaillet "dit François Fine", le grand-père de notre président Jérôme Décaillet a fonctionné en tant que meunier. 
 
de 1988 à 1994 
Un grand merci à ces courageux amis du moulin Fine, enmené par Maurice Coquoz, qui malgré le triste état du moulin, ont entrepris des travaux de restauration sans lesquels le moulin serait définitivement dans les bras de Morphée. Ils se nommaient : Jules Décaillet, Robert Décaillet, Aimé Fournier, André Coquoz, Gérard Moret, Marc Coquoz, Michel Coquoz, Marcelle Derivaz, Roger Fournier, Stéphane Gay, Pierrot Jacquier, ... 
Le 19 août 1988 la fondation François Fine était constituée, le 25 août l'acte d'achat était signé, et les travaux de reconstitution du moulin débutaient. La Loterie romande, l'office cantonal de la protection des sites, la commune de Salvan, la confédération et quelques apports privés ont permis de financer cette restauration. 

Des travaux importants sont réalisés, la toiture, nouvelle roue extérieure, consolidation et injection de résine synthétique pour l'arbre (tout ceci effectué par des artisans locaux). Même les forces naturelles ne les ont pas arrêté, en début février le torrent gonfla suite à des pluies torrentielles, emportant la tour de pierres sèches (la tomale), le sous-sol du moulin fut envahi par des torrents de boue. 
Mais ils continuèrent et réussirent à redonner vie au moulin Fine. le vendredi 22 octobre 1992 le conseil de fondation et les artisans réunis, purent fêter la remise en marche du moulin, pour la première fois depuis 1948 et moudre du seigle à Salvan.
 
Puis jusqu'en 2005 
Le moulin a continué diverses activités sous la présidence de Roger Fournier depuis 1999, avec entre autre la participation de la fondation François Xavier Bagnoud et les sentiers du pain.
 
En 2009 
Après quelques années de sommeil, le moulin se réveille sous la houlette de Jérôme Décaillet petit fils de François Décaillet dit François Fine. Comme par hasard, qui se ressemble s'assemble, Jérôme Décaillet trouve quelques joyeux lurons pour l'accompagner et voici le nouveau conseil de fondation constitué : Jean-Marie Fournier, Pierre Fournier, Pierre-André Champod, Dominique Fournier, Françoise Gross, Georges Dumoulin, Pierre-Alain Rosset. en 2014 Remplacement de la roue extérieure et de l'arbre (axe). Réfection des murs en pierres sèches de soutènement. Aménagement d'une terrasse supplémentaire pour accueillir les visiteurs de plus en plus nombreux.

Informations techniques

Roue hydraulique extérieure  verticale à augets actionnée par les torrents de la Tsintallaz et la Revenasse.
 

  • Roue en bois à 32 augets.
  • 200 cm de diamètre sur 52 cm de large.
  • Arbre (40/40) entrainant le rouet,
  • Rouet, roue dentée intérieure en bois (110 cm) tournant verticalement. 
  • Les dents du rouets font tourner la lanterne (pignon horizontal) qui par l'intermédiaire du gros fer actionne la meule tournante.


Le mécanisme

Sur un arbre de 30 à 40 cm, sont fixées,  à l'extérieur du bâtiment, une grande roue à augets et à l'intérieur, la roue dentée (rouet)
qui tourne dans le même sens vertical que la roue extérieure. Ses dents viennent s'emboîter dans un pignon fixé (la lanterne) sous le plancher du moulin, transformant ainsi la rotation verticale en rotation horizontale.

Au pignon (lanterne) est fixé une tige en fer (le gros fer) qui traverse la meule dormante et se termine par une triple griffe en fer ancrée dans la meule (anille).

La farine est recueillie dans un chéneau et tombe dans un coffre en bois. Pour empêcher que la farine ne s'échappe de toutes parts, un tambour reposent sur la cerce en en bois entourant la meule dormante.


 

Caracteristiques

Contact

Localisation